Les cessions de droit à l’international

Véritable relais de croissance pour l’édition, les cessions contribuent, de façon significative, à la marge nette des éditeurs.

Cette activité apporte un complément aux droits perçus par les auteurs. Ces derniers, en confiant la gestion de leurs droits étrangers à leur éditeur, attendent qu’un vrai travail soit mené pour que leurs livres soient le plus présents possible à l’étranger dans des langues autres. C’est à cette fin que l’édition française dispose de services de droits très professionnalisés.

La qualité et la densité du travail fourni par les personnes chargées de ces droits (directeurs ou responsables de droits, mais aussi éditeurs) en France est reconnue dans le monde entier. Tous les types de maisons d’édition, grandes comme petites, spécialisées et généralistes, dans toutes les catégories éditoriales, participent à cet effort de développement à l’international.

Quelques chiffres pour 2015

Ces chiffres s’appuient sur l’étude statistique menée chaque année par le SNE et sont à périmètre constant entre les répondants à l’enquête de 2015 et ceux de 2016.
Le nombre de cessions de droits de traduction a progressé de 2,3 %.
En 2015, les éditeurs français ont signé 12 225 contrats de cessions de droits de traduction vers plus de 50 langues.
Depuis 10 ans, ce chiffre est en constante progression (plus de 120 %), signe de l’intérêt croissant des éditeurs à travers le monde pour la production éditoriale française et de l’importance des efforts développés par les services de cessions de droits dans les maisons d’édition en France.
15 % des droits numériques sont cédés simultanément ; pour le Royaume-Uni et les États-Unis, la cession simultanée est bien plus courante (respectivement 62,3 % et 45,6 % des contrats signés).

Les catégories d’ouvrages

La Jeunesse (29,9 %) et la Bande dessinée (23,8 %) représentent à elles deux plus de 50 % des cessions réalisées. La Fiction (15,5 %) est stable.

Les Sciences humaines et sociales, sont en nette progression (11,8 %). Ces deux catégories représentent plus d’un quart des cessions.En ajoutant la catégorie Essais du questionnaire, on obtient une part de près d’un tiers pour Fiction et Non-fiction.

Enfin, la progression du nombre de cessions pour les livres pratiques est très importante (1 085 en 2015, 675 cessions en 2014), un signe du développement récent, de ce marché dans différentes régions du monde.

Les langues

  • Le chinois reste la première langue de destination (90 % des traductions sont le fait d’éditeurs chinois contre 10% pour Taïwan) avec 1 868 contrats (1 620 en 2014).
  • L’italien est la seconde langue de destination (1 312 contrats de cessions après 1 078 en 2014). C’est la Bande dessinée (724 titres) qui est la principale bénéficiaire de cette évolution sur un an.
  • L’espagnol est la troisième avec 1 209 contrats signés dont 895 pour l’Espagne (74 % de l’ensemble de la langue), chiffre stable. Jeunesse et Bande dessinée représentent 59 % de ces contrats.

Pour aller plus loin, téléchargez la synthèse  des Repères Statistiques de l’édition 2015-2016.

 (source site internet du Syndicat National de l’édition)
Publicités

La CIL-Alsace est une association a but non lucratif inscrite au registre des associations conformément au droit local en vigueur. Elle a pour objet le développement de la filière Livre sur le territoire de la région.

Tagged with: ,
Publié dans Editeur, Questions juridiques