L’illustrateur

Il travaille pour l’édition, la presse, la publicité, la communication… Les images qu’il créé s’appuient sur le texte et le cahier des charges fournis par son client.

Compétences :

L’illustrateur sait dessiner, maîtrise la couleur et les logiciels graphiques. Outre la maîtrise de son univers graphique personnel, il sait gérer les relations avec ses clients et parvient à valoriser son travail (site web, blog…).

Rémunération :

Pour un livre, l’illustrateur perçoit des droits d’auteur avec, le plus souvent, un à-valoir. Les montants varient selon le tirage, la nature de l’ouvrage et la notoriété de l’illustrateur. Pour une couverture seule (type livre de poche) l’illustrateur perçoit un minimum de 550 € et touche rarement des droits sur les ventes. Travailleur indépendant avec le statut juridique d’artiste auteur, il n’est pas salarié et dispose donc de revenus irréguliers et imprévisibles. Il peut mener des activités annexes (exposition, vente d’originaux, interventions, stages…)

Formation :

Il n’existe pas de parcours type. L’Université, les écoles des beaux-arts, les écoles supérieures d’art appliqué et les écoles nationales supérieures d’art, accessibles directement après le bac, préparent aux métiers de l’illustration. Cependant, l’illustrateur est moins jugé sur ses diplômes et son curriculum vitæ que sur son book et sa capacité à produire une œuvre originale qui répond aux attentes de son client.

En Alsace et autour

La HEAR, Haute école des arts du Rhin, réunit l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, l’École supérieure d’art de Mulhouse Le Quai et l’Académie supérieure de musique de Strasbourg. Elle forme au DNAP (Diplôme National d’Arts Plastiques) en 3 ans et au DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique) en 5 ans.

L’UFR des arts de l’Unistra propose licence et masters en arts visuels.

L’Iconograf est un institut de formation à la bande-dessinée, en présentiel ou à distance.

Les Écoles supérieures d’art de Metz et d’Epinal regroupées en un seul Établissement public de coopération culturelle forment en trois ans à un DNAT (Diplôme National d’Art et Techniques) à Epinal et aux DNAP et DNSEP à Metz. Du côté allemand, l’Académie des beaux-arts de Karlsruhe et sa succursale de Freiburg forment à la peinture, à la lithographie, à la sérigraphie et à la photographie. En Suisse, la Hochschule für Gestaltung und Kunst de Bâle forme aux métiers des arts et du design.

Publicités